Hubert Benhamdine

Comédien, Auteur et Metteur en Scène

Hubert

Comédien formé à l’Ecole Claude Mathieu, Hubert y cultive le goût de l’éclectisme et s’aventure dans tous les répertoires, classiques comme contemporains. Dès la sortie d’école, c’est le cinéma qui lui fait de l’œil, avec un très joli premier rôle dans Le Chignon d’Olga, premier long métrage de Jérome Bonnel. Il débute alors une carrière audiovisuelle dense entre cinéma et télévision. C’est cette dernière qui lui offre alors ses rôles les plus importants : un post ado loser et décalé (Le Train, Canal+), un pianiste aveugle (Le sanglot des Anges, France 2), un jeune policier gaffeur et immature (Cellule Identité, M6), un rentier manipulateur et tête à claques (Les Toqués, TF1), un aristocrate original et suranné (Juste un peu d’amour, France 2), un autre jeune policier timide et ingénieux dans les années 20 (Empreintes criminelles, France 2), un vicomte déjanté et cruel dans une saga historico-loufoque (1788 et demi, France 3).

Tout récemment, on le retrouve en jeune photographe en pleine tourmente familial (Joséphine Ange Gardien, TF1) et en retardé mental ambigu et meurtrier (Caïn, France 2).

Au cinéma, il joue notamment pour Mikhaël Hers (Primrose Hill, Memory Lane). Au théâtre, il est interprète de L’Ours et La demande en mariage à Chantilly pour le théâtre de la Faisanderie et d'Albert 1er à La Tempête, et joue Rédillon dans Le Dindon mis en scène par Philippe Adrien. En parallèle, il débute une carrière d'auteur/metteur en scène avec Roméo et Juliette la Version Interdite. Il écrit et réalise également des épisodes pilotes pour deux formats courts humoristiques pour la télévision : Les Boboys et L'avis du Professeur Girbaud-François. Il écrit en 2012 un moyen-métrage, "En fait moi je souffrirai pas".